Infolab#1 : des données pour mettre en valeur le jardin du Thabor

Dans le cadre de Viva-Cités, j’anime du 2 au 7 octobre trois ateliers de découverte des données ouvertes à Rennes. Retour sur le premier infolab, consacré au Jardin du Thabor, une institution rennaise et un lieu de promenade pour les habitants et les visiteurs de la capitale bretonne… 

« Et vous, que venez-vous faire au Thabor ? » Les participants à ce 1er infolab organisé sur le Village numérique de Viva-Cités sont accueillis par une question. Chacun est invité à tracer son parcours au sein du parc puis à le décrire à ses voisins de table.

La volière, la roseraie, le jardin à la française, l’orangerie : quelques incontournables d’une promenade au Thabor se dégagent assez vite des échanges. On distingue aussi des parcours différents selon le contexte : en famille avec des enfants en bas âge on privilégie les jeux pour enfants, le bassin aux poissons rouges (au centre de la roseraie), voire un tour de manège… D’autres viennent au Thabor pour profiter des rayons du soleil, seul ou avec des amis : sur les pelouses autorisés (!) ou dans les chaises longues du jardin à la française. Les passionnés de botanique eux se tiennent au courant des dates de floraison de la roseraie, une période-clé pour leur visite. Au final, on voit bien qu’il y a beaucoup de manières de visiter le Thabor … et que les attentes en matière d’information sont elles aussi très variées.

Repérer les « points d’intérêts » du Thabor

Nous listons collectivement toutes les informations dont nous pourrions avoir besoin pour préparer une visite au Thabor. Spontanément, les participants citent la météo comme la principale information utile avant toute promenade ! Les horaires, le plan du parc, les évènements en cours viennent ensuite. Les habitués du parc évoquent l’idée d’une information du type « Quoi de neuf au Thabor ? » qui regroupe des informations dynamiques de nature très diverses : les expositions à l’orangerie, les concerts organisés dans le kiosque à musique, mais aussi les floraisons ou les travaux en cours.

Je distribue une cinquantaine de photographies prises dans le parc. Chacune représente un « point d’intérêt » que nous reportons ensuite sur une grande carte papier. On trace une croix pour les équipements (toilettes publiques, bancs, …), les entrées du parc (et leur accessibilité pour les personnes à mobilité réduite), les statues (nombreuses dans le parc, elles peuvent constituer un but de visite), les arbres remarquables, les « incontournables » déjà cités ci-dessus et les éléments à découvrir (les ruches du Thabor !).

Une matière première à enrichir et remixer 

Le portail open data de Rennes Métropole propose plusieurs jeux de données en rapport avec le Jardin du Thabor : la localisation des massifs et des arbres, les principaux équipements, les horaires d’ouverture. Nous nous intéressons plus particulièrement à celui qui recense les arbres du parc et précise pour chacun sa localisation et son espèce. Dans le cadre du concours open data, deux développeurs ont imaginé une application mobile Android « Promenade au Thabor« . Les participants à cet infolab ne sont pas tous capables de faire de la programmation informatique, quels usages peuvent-ils faire de ces données ?

Le fichier qui nous intéresse est géré par la direction des Jardins de la ville de Rennes, et est issu du système d’information géographique (SIG). Il est donc normal que sa présentation mettent en avant des données de type géographiques, cependant il faut faire un effort pour imaginer d’autres usages que la production de cartes. On peut par exemple faire un inventaire du Thabor sous la forme d’un quizz : quelle est l’espèce la plus courante dans le parc ? combien y-a-t-il d’arbres dans le parc (réponse : près de 1200) ? quel agrume peut-on trouver au Thabor (réponse : des citrons !) ?

J’invite ensuite les participants à imaginer des croisements de données à partir de plusieurs sources. Le site web de la Maison de la consommation et de l’environnement (MCE) propose par exemple un recensement des arbres remarquables de Bretagne, dont une vingtaine pour le Thabor. Nous pourrions croiser le fichier des arbres avec ces informations complémentaires : l’âge, la hauteur, l’envergure… voire intégrer les photographies (proposées sous licence Creative Commons). Autres sources de données à croiser : les bases cartographiques d’Open Street Map et notamment la localisation des escaliers présents dans le parc.

Nous imaginons ensuite une carte pour localiser les principaux arbres allergènes du Thabor, en combinant la donnée sur l’espèce de chaque arbre et la liste des espèces les plus allergènes publiée sur le site de l’ADEME

Des données pour informer, aider et mettre en valeur

L’introduction de l’atelier avait permis de mettre en lumière la très grande diversité des attentes en matière d’information des visiteurs du Thabor.

Le contexte (une visite en solo, avec des amis, des enfants), le but de la visite (pour flâner, pour faire du sport, pour découvrir le patrimoine botanique, …), la connaissance préalable du parc et même la météo influent sur le besoin d’information des visiteurs… Réutiliser les données issues de plusieurs sources (dont les données ouvertes par la collectivité), c’est aussi l’opportunité de répondre à une partie de ces attentes.

Le mot de la fin revient à l’un des participants, qui me faisait remarquer qu’il vient précisément au Thabor pour faire une pause et se détendre loin de son ordinateur… Il nous faut donc bien sûr imaginer d’autres médiations que celles des écrans. Une invitation pour les graphistes et autres designers d’informations à s’emparer des données ouvertes !

Les deux prochains ateliers infolab auront lieu le vendredi 5 octobre de 15h à 17h sur le thème des déplacements et le samedi 6 octobre de 10h à midi sur celui des prénoms des petits rennais. Inscription recommandée en ligne.

3 réflexions au sujet de « Infolab#1 : des données pour mettre en valeur le jardin du Thabor »

  1. Ping : Infolab#3 De la mode et des prénoms | données ouvertes

  2. Ping : L’open data et le grand public : on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre | données ouvertes

Les commentaires sont fermés.