Quelques conseils aux participants des concours et autres hackathons

Ce lundi j’interviens à Marseille lors d’un atelier ouvert aux participants du concours Open Data lancé par la région PACA. L’objectif : encourager la créativité des réutilisateurs et des développeurs. La saison des concours et des hackathons est bel et bien lancée ! Je vous propose des extraits de cette intervention, sous forme de conseils aux participants, illustrés de quelques réutilisations que j’ai repéré ces derniers mois…

1 – Parole de jury

TransitVis, l'un des lauréats du Urban Data Challenge

TransitVis, l’un des lauréats du Urban Data Challenge

Commençons par la fin de l’histoire. Vous avez fini vos développements, votre dossier de participation est complet, vous venez de soumettre votre service ou votre application. Le jury doit maintenant se réunir pour l’étudier et départager les vainqueurs parmi les participants.

En tant que candidat il ne faut jamais oublier qu’un concours (ou un hackathon) c’est une compétition, pas un examen (contrairement au bac, il ne suffit pas d’avoir la moyenne pour être reçu). Le jury est un élément essentiel de cette compétition. Sa composition est souvent rendue publique. Il rassemble généralement des représentants des organisateurs (collectivité ou entreprises), les partenaires du concours et, parfois, des personnalités qualifiées.

Le jury d’un concours devra identifier les lauréats parmi 40 à 50 participants, celui d’un hackathon aura deux heures pour départager 5 à 10 équipes… La clé de la compétition repose donc souvent sur la différenciation d’un dossier ou d’une application parmi l’ensemble des réutilisations (je parle bien de différenciation plutôt que d’originalité, je reviendrai ultérieurement sur cette distinction qui me semble essentiel). Comment proposer quelque chose de différent ? Je vous propose quelques pistes illustrées.

2 – La donnée, un ingrédient

A la base de tous les concours vous avez donc des données, que l’on peut considérer comme des ingrédients. Lisez bien le règlement du concours : il précise souvent les données que vous pouvez utiliser (uniquement celles de l’organisateur, toutes celles en rapport avec le thème ou le territoire, etc…).

Si je poursuis la métaphore culinaire, vous êtes donc, en tant que participant, le cuisinier. Votre premier travail sera d’évaluer tous les ingrédients qui rentrent dans votre cuisine. Cette donnée est-elle bien fraîche ? Comment pourrais-je l’utiliser ? Faut-il la modifier, l’arranger, la transformer ou peut-on la consommer "crue" ? Une très belle donnée, bien riche, peut parfois se consommer crue si l’on sait la présenter, par exemple à l’aide de visualisations…

L’erreur serait d’aller directement de l’ingrédient vers son utilisation la plus immédiate. La plupart des réutilisateurs qui se voient proposer un jeu de données sur les horaires de bus font des applications d’informations voyageurs, les plus malins en détournent l’usage (dit autrement : avec des pommes de terre on peut faire autre chose que des frites…). La différenciation, toujours !

Une donnée peut donc être l’ingrédient principal d’un plat, ou simplement un ingrédient parmi d’autres. Une donnée peut être proposée crue, mise en forme, transformée ou cuite avec d’autres … Autant de manières différentes d’utiliser ces ingrédients qui sont à votre disposition.

Le concours Urban Data Challenge fournit une très bonne illustration de ce principe de diversité. A partir d’un même jeu de données historiques sur les transports de San Francisco, Genève et Zurich, les participants ont mis en oeuvre des scénarios très différents. Urban Bus Race propose une course virtuelle entre les bus des 3 villes, TransitVis affiche une représentation des flux en 3 dimensions. D’autres participants ont ajouté une nouvelle donnée, par exemple en calculant un indice de frustration (qui combine la densité du nombre de passagers, le temps d’attente à un arrêt et les retards sur le réseau de bus)…

3 – Varier les supports  et les registres 

Une seconde piste de différenciation est liée aux supports que vous pouvez mettre en oeuvre (mobile, web, autres). J’ai déjà eu l’occasion sur ce blog d’expliquer le lien historique et fécond entre l’open data et les applications mobiles. Mais on peut faire beaucoup d’autres choses avec des données ouvertes : des sites web, des vidéos, des infographies, … Rien ne nous oblige par ailleurs à nous limiter à des médiations numériques, on peut très bien utiliser des données ouvertes pour concevoir des supports papiers (par exemple une lettre d’information à l’entrée d’un jardin public, avec l’aide des données ouvertes).

Enfin, on peut aussi rechercher de la différenciation du côté des registres d’expression. A partir d’un même jeu de données, on peut proposer quelque chose d’utile, de ludique, de décalé, … La variation entre les registres peut aussi être intéressante. Le service BrokenLifts s’appuie sur l’état de fonctionnement des ascenseurs des transports berlinois. La donnée est à la fois présentée sous une forme utile ("est-ce que cet ascenseur fonctionne ?") mais aussi sur le registre de la  transparence et de l’accountability ("combien de jours de panne sur cet ascenseur géré par cette société ?".

Un point de vigilance, cependant. La différenciation ne peut pas seulement passer par le choix d’un mode d’expression décalé. Le format "pitch" du hackathon encourage les discours décalés, mais la forme ne remplace pas complètement le fond.

Le site Brigand Futé (réalisé lors du HackIDF 2030) aide à planquer un cadavre en région parisienne, à partir des données du plan d’urbanisme… Le propos est donc décalé, mais la réalisation est d’un très bon niveau.

J’ai beaucoup moins accroché sur le récent lauréat d’un autre hackathon "a place to pee" qui, comme son nom l’indique, permet de localiser les toilettes dans la ville de Paris… Le sujet est pourtant bien réel (Rennes édite par exemple un guide papier très précis, réalisé avec des associations de malades), on aurait pu jouer sur plusieurs registres – et pas uniquement sur les multiples jeux de mots proposés par les concepteurs du service : "let piss a chance", "game of throne", …).

4 – Emprunter des pistes moins balisées

Il reste par ailleurs des pistes qui ont été jusqu’à présent peu explorées par les participants au concours, et notamment la conception d’outils pour les réutilisateurs et les développeurs. L’approche "business-to-developers" (B2D) plutôt que strictement "business-to-business" (B2B) ou "business-to-consumer" (B2C) est aussi une source de création de valeur. On peut citer par exemple la start-up britannique Placr qui a développé une API pour interroger les données des réseaux de transports urbains.