Animer l’open data, mille possibilités

Animer-opendata-chignard.001"Animer, animer et encore animer" : Hubert Guillaud résumait ainsi pour Internet Actu une partie des échanges lors de la Semaine européenne de l’open data en mai dernier. L’animation de l’open data est aujourd’hui à la fois un enjeu reconnu par tous et une "expression-valise". Proposition d’une grille d’analyse pour recenser la grande diversité des pratiques.

Passé les premiers temps de l’effervescence, tous ceux qui – acteurs publics ou privés – ont ouvert des données se posent les mêmes questions. Pourquoi animer ? Comment, selon quels formats ? Auprès de quels publics ? Pour quels résultats ? … La question de l’animation rejoint en partie celle de l’appropriation par le plus grand nombre, mais elle est à mon avis plus large. Un concours de développement d’applications, un hackaton sont autant de formats qui visent à stimuler la réutilisation sans pour autant viser le grand public.

Si le constat semble partagé, il n’en est pas de même des réponses mises en oeuvre. L’observateur attentif de l’actualité open data aura remarqué que les dispositifs d’animation se déploient aujourd’hui partout en France, avec parfois des modalités très différentes. Du concours DataConnexions d’Etalab aux Infolabs citoyens de la FING, du week-end BeMyApp Tourisme au Hackdays internes de SNCF Transilien, autant de manière d’animer l’open data…

La grille d’analyse : animer l’open data en 5 questions

Animer-opendata-chignard.001

Je vous propose une grille d’analyse de l’animation de l’open data, en 5 questions :

- pourquoi ? identifier les objectifs de l’animation (de la stimulation de la réutilisation à une sensibilisation à la culture de la donnée, les enjeux sont différents),

- comment ? les modalités varient, on peut notamment citer le concours de développement d’applications, les hackatons et challenges courts, les appels à projets et concours d’idées, les ateliers et workshop (data journalisme, …) et les infolabs,

- pour qui ? les publics cibles, destinataires de ces animations peuvent être multiples : réutilisateurs (développeurs, journalistes, étudiants, …), le "grand" public, les médiateurs traditionnels du numérique (et notamment les espaces publics numériques), les détenteurs (decideurs publics ou privés, élus et agents des services),

- quand ? ces actions peuvent être proposées en amont du lancement du portail open data (par exemple les animations internes autour du repérage des données), au lancement du portail (les concours par exemple) ou au long cours, par exemple pour pérenniser la démarche,

- par qui ? les acteurs qui portent ces animations peuvent aussi être très divers : l’acteur (public ou privé) qui ouvre les données, mais aussi des tiers-lieux (les Cantines numériques, les espaces publics numériques), les collectifs open data, les "agences numériques" (par exemple l’AEC en Aquitaine) voire des prestataires spécialisés (par exemple les organisateurs de BeMyApp).

En mixant les différentes options, on arrive au final à près de 1200 combinaisons possibles pour animer l’open data ! Certaines sont bien documentées (les concours en phase de lancement), d’autres beaucoup moins (en particulier les actions internes ou celles au long cours).

Comment utiliser cette grille d’analyse ?

On peut utiliser cette grille d’analyse de plusieurs manières. La première est de s’en servir pour recenser et classer les initiatives déjà recensées, en France et en Europe. Quelques illustrations à partir des exemples cités précédemment :

- Concours DataConnexions #2 proposé par Etalab : stimuler la réalisation de services par des réutilisateurs (plutôt start-ups mais pas exclusivement) par l’organisation d’un concours / appel à projet, au long-cours,

- Infolab Paris Citoyens proposé par la FING : sensibiliser à la culture de la donnée, imaginer des services par le biais d’un dispositif Infolab éphémère, pour un public d’acteurs associatifs,

- Week-end Open Tourisme organisé par Be My App avec Google et Bouches du Rhône Tourisme : un hackaton pour imaginer et réaliser des services avec des données ouvertes, plutôt pour une cible de développeurs, en accompagnement du portail data.visitprovence.com, par un prestataire spécialisé,

- Le Hackaton des Cheminots de SNCF Transilien : un week-end de développement réservé aux cheminots, sur le modèle des HackDays "tous publics" de l’été dernier, pour un public de réutilisateurs internes, en animation au long-cours de la démarche,

- les ateliers du collectif Open Data Rennes lors de VivaCités : sensibiliser un public scolaire aux données, par une approche graphique et ludique des données d’abord personnelles, la "dataviz des enfants".

Une autre utilisation possible de la grille d’analyse est d’imaginer des croisements à partir des 5 questions pour identifier de nouvelles pistes d’animation… A vous de jouer !